De l’opéra et de l’Afrique – enchevêtrements (post-)coloniaux et interactions interculturelles à l’exemple de L’Africaine de Giacomo Meyerbeer à Halle et Lübeck

Natascha Ueckmann, Christoph Vatter

Abstract


À l’Opéra de Halle (Allemagne), L‘Africaine (1865), Grand opéra de Giacomo Meyerbeer, a été revisité par une équipe euro-africaine de manière radicalement innovante pour la saison 2018/19. L’objectif de leur mise-en-scène interculturelle était de déconstruire la perspective coloniale et exotisante de l’œuvre pour ré-évaluer les relations euro-africaines et proposer une « ré-africanisation » en quatre étapes. À partir d’une analyse des relations et imbrications (post)-coloniales dans l’Opéra et son répertoire depuis le 18e siècle, la contribution analyse la réinterprétation de L’Africaine à Halle à la lumière d’autres mises-en-scène contemporaines. L’œuvre de Meyerbeer s’inscrit ainsi dans le contexte de l’actuelle renaissance africaine et des propositions récentes pour repenser les relations interculturelles entre l’Afrique et l’Europe.


Schlagworte


Opéra, études post-coloniales, Afrique subsaharienne, coopération culturelle, interaction in-terculturelle, mémoire culturelle

Volltext:

PDF (English)

Refbacks

  • Im Moment gibt es keine Refbacks


Copyright (c) 2019 Natascha Ueckmann, Christoph Vatter

Creative-Commons-Lizenz
Dieses Werk steht unter der Lizenz Creative Commons Namensnennung - Nicht-kommerziell - Keine Bearbeitungen 4.0 International.